14 avril 2013

PSA Aulnay : des truands du patron Citroën aux fermetures d'usines PSA ! Souvenirs personnels.

Usine PSA d'Aulnay sous bois

Wikipédia :

L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois est une usine créée par Citroën en 1973 sur le terrain de la ville d'Aulnay-sous-Bois à proximité des autoroutes A1, A3 et A104. Prenant la suite de l'historique du site de Javel, elle a intégré le groupe PSA Peugeot Citroën suite au rachat de la marque Citroën à Michelin par Peugeot en 1976. Sa fermeture est annoncée pour 2014.

Elle comprend une unité de ferrage, de peinture et de montage – deux lignes de montage de 1979 à juin 2008 –, ainsi que tous les équipements annexes d'une usine automobile complète. Elle dispose également de deux unités uniques dans le groupe : un service anti-pollution dans lequel sont mesurées les émissions de tous les nouveaux véhicules qui sera fermé en aout 2012 et reconstruit sur le site de Mulhouse, et le conservatoire Citroën inauguré en 2001 dans lequel sont conservés tous les anciens modèles de la marque. Ce site n'est pas un musée et n'est donc pas ouvert à la visite.

 

Souvenirs personnels

Jeune ouvrier professionnel en mécanique générale, j'ai eu la possibilité de visiter des usines de production automobile (Renault Billancourt, Simca Poissy). L'immense chantier de construction de l'usine Citroen à Aulnay sous bois dépassait en dimensions la norme habituelle!

Puis, travaillant dans la restauration collective (de 1972 à 2007), j'ai contribué à fournir les restaurants scolaires de la Ville d'Aulnay sous bois en denrées alimentaires. Par ce biais, j'ai obtenu des informations sur le fonctionnement de l'usine.

Tout d'abord, pour "faire tourner" l'entreprise, la direction a fait venir des marocains et autres maghrébins par trains entiers! Ne connaissant ni le Code du Travail, ni les conventions collectives, ni le réglement intérieur et autres CHSCT, ils étaient plus dociles que les ouvriers français et surtout coûtaient moins chers!

Les syndicats, CGT en tête, étaient minoritaires, les élections professionnelles conduites sous la contrainte des cadres de la direction et autres nervis organisaient la police interne (lire "Les Truands du Patronat de Marcel Caille et Dominique Decèze Éd. sociales, 1977 - 305 pages). C'est ainsi que dans les usines et les bureaux de Citroen la CFT puis la CSL syndicats dits "autonomes" composés de salariés recrutés par et aux ordres de la direction!

Les exactions, intimidations, provocations, agressions et même montages photographiques pornographiques envoyés à domicile émaillent la vie des délégués CGT notamment. Un responsable CGT et élu PCF a même vu une palette "tomber accidentellement " à ses pieds! En 1984, un plan de 800 licenciements décapitera la section CGT.

Certains maghrébins musulmans s'inscrivant courageusement sur les listes syndicales (hors CSL) ou signant des pétitions ont trouvé dans leur casier des vestiaires des têtes de porcs ou autres morceaux de l'animal! Cela n'a pas empêché de voir ces immigrés revendiquer de plus en plus vivement et adhérer à la CGT, FO ou à la CFDT. C'est ainsi que des grèves ont éclaté pour exiger de meilleures conditions de travail et de meilleures rémunérations.

Les robots commençant progressivement à remplacer la main d'oeuvre non ou peu qualifiée (peinture, soudure, montage) la direction a organisé des plans de départ volontaire en donnant des primes de retour au pays puis, des départs moins volontaires par des harcèlements et enfin des licenciements.

Les suppressions de postes n'ont pratiquement pas cessés jusqu'au "célèbre" plan dissimulé aux représentants du CCE depuis 2010 puis avoué au même CCE en 2012 qui prévoit la fermeture d'Aulnay en 2014 et la réduction d'effectifs un peu partout (Rennes, Sochaux, Poissy,...) Alors que des productions d'autos sont prévues dans des pays à bas coût de main d'oeuvre (en plus des unités existant aujourd'hui )

Les réaffectations ou mesures de reclassement étant jugées peu crédibles par les syndicats, des grèves et des  manifestations de plus en plus violentes dirigées par des militants CGT ont mis à sac les bureaux de Poissy et plus récemment, des actions "coup de poing" se sont déroulées dans les bureaux de la Grande Armée et lors du Comité directeur du PS.

cgt psa

 

Les salariés d'Aulnay-sous-Bois sont en grève depuis le 16 février 2013, ils s'opposent au projet d'accord et revendiquent toujours "un CDI pour tous et une pré-retraite dès 55 ans". Au total 11 214 suppressions de poste sont envisagées entre mai 2012 et mi-2014. A la fin de mai 2012, les effectifs dans l'activité automobile du groupe s'élevaient à 67 112 postes. Ils devraient fondre à 55 989 d'ici à la mi-2014.

La direction, relayée par les médias a eu beau jeu de rendre les syndicats responsables de la fermeture du site d'Aulnay à cause de l'arrêt de la production dû à la grève! Des cadres de différentes unités du groupe PSA ont même été transportés par la direction pour tenter de relancer la production sous les huées et les crachats des grévistes.

Comme toujours les ouvriers non grévistes insultent les grévistes au nom de la liberté du travail.

Quelle que soit l'analyse que l'on peut faire sur les dérives du conflit, il ne faut pas oublier que les premiers à mettre le feu dans la maison sont bien les membres de la direction. Par ailleurs l'Etat étant actionnaire minoritaire, a son mot à dire! Le ministre Montebourg (par effet d'annonce ou non) a même proclamé une nationalisation partielle de PSA et d'Arcelor avant d'être recadré par  le premier ministre JM Ayrault.

Les salariés se sentant donc trahis par l'employeur et abandonnés par l'Etat, n'ont guère d'autres issues que de faire parler d'eux, avec tout ce que cela implique!

 

 

 

 

 

Posté par ami entends tu à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

Commentaires sur PSA Aulnay : des truands du patron Citroën aux fermetures d'usines PSA ! Souvenirs personnels.

Nouveau commentaire