06 mai 2013

Une VI ème République: première pierre posée à la Bastille le 5 mai 2013 ? (Médiapart)


 
Une VI ème République: première pierre posée à la Bastille le 5 mai 2013 ? (Médiapart)

Avant la manifestation annoncée du cinq mai, que les médiacrates néo-libéraux ou pas loin, présentent en bloc comme une manifestation anti-gouvernementale, en tant que soutien convaincu du bien-fondé de cet évènement, il convient de tenter de recentrer un débat qui part, me semble-t-il, dans tous les sens.

Les motifs de le dévoyer sont nombreux, l'objet de cet article n'est pas de les lister, mais de les dépasser.

 

Le mouvement a été appelé par Jean-Luc Mélenchon, pour réclamer un "coup de balai", avec l'avènement d'une sixième république.

 

 

Il a été rejoint par Eva Joly, qui n'est pas de celles qui pratiquent le suivisme.

 

 

 

 

 

 

 

Elle demande de son côté une opération "mains propres", avec le même type de revendication, une sixième république.

On ne se trompera pas sur le fait que nombre de socialistes et d'écologistes, ainsi que bien des hommes et des femmes qui ne partagent pas toutes les sensibilités du Parti Communiste et du Parti de Gauche, ni celles du Parti Socialiste ou d'EELV,  trouvent à cette occasion le moyen et l'opportunité de porter un message, qui ne sera pas exactement le même.

Mais tous demanderont une sixième république.

62668_10151601675009747_1558978019_n-205Source image: http://www.jean-luc-melenchon.fr/2013/04/17/en-preparant-la-marche-du-5-mai/

Aucun d'entre eux ne doute qu'ils ont une vision parfois très différente des aspects de cette sixième république, sauf sur quelques points.

D'abord celui qui préside au lancement de l'idée de la manifestation, une exigence pour plus d'éthique politique, garantie par un fonctionnement différent des institutions.

Ce message est-il anti-gouvernemental?

Ce message attaque-t-il directement le pouvoir représenté par François Hollande?

Ce serait absolument extraordinaire que les gens qui ont voté le président, certains avec des réserves, d'autres avec la plus parfaite adhésion, veuillent aujourd'hui attaquer leurs élus.

Résultats des présidentielles 2012, premier tour

Source: http://archives.gouvernement.fr/fillon_version2/gouvernement/resultats-definitifs-du-premier-tour-de-l-election-presidentielle-2012-etablis-par-le-c.html

batons_1.jpg

En additionnant, on compte Sarko: 47, 12% et Hollande: 43, 75% le soir du premier tour.

L'écart est considérable, les 9.13% de Bayrou sont d'une importance extraordinaire, on peut le remercier d'avoir appelé à voter Hollande.

De même, la liberté de vote donnée par Marine Le pen à ses électeurs a dû coûter cher des voix à Sarko, avec 17,90%, ce n'était pas une décision anodine.

On ne s'étonnera pas de la proximité affichée avec ses idées de l'ump, et surtout de la tendresse que la droite montre en face des attaques frontistes, ni celles de bien plus que quelques journalistes des mass médias néo-libéraux pour elle. On l'invite désormais partout autant que les amis ump.

Résultats de l'élection présidentielle 2012, second tour, http://www.gouvernement.fr/gouvernement/resultats-de-l-election-presidentielle-2012

president_01.jpg

51.62% contre 48.38%

On peut remercier les abstentionnistes de droite pour avoir épargné une victoire au poteau, mais donc...

Chaque voix de gauche a compté.

Ce sont les électeurs de Hollande qui seront dans la rue le 5 mai 2012. Et c'est tout le sens de la marche.

Non, il n s'agit pas d'attaquer le pouvoir.

Il ne s'agit pas d'exiger la démission des ministres, d'exiger la dissolution de l'assemblée nationale.

Il s'agit de montrer la confiance phénoménale que l'on aura en les tenants du pouvoir actuel, en leur capacité, en leur volonté, en leur légitimité, en leur demandant de prendre en charge cette révolution, sans violence, de la sixième république.

On demande à Hollande non pas de se retirer, ni de devenir le fossoyeur de ses idées, mais d'être le promoteur d'une revitalisation de la démocratie, d'en être le champion.

Et il a toutes les qualités, ainsi que tous les moyens pour le faire, comme la gauche ne les a jamais eus.

A-t-on ou non le droit de demander au pouvoir de non pas ne plus nous représenter, mais de nous représenter mieux?

La réponse apparaîtra facilement à n'importe qui.

Pas un de ceux qui participeront à cette manifestation et à ses revendications n'a voté contre François Hollande.

Et parmi tous ceux qui marcheront, un très grand nombre ont porté leur voix sur les partis des députés qui siègent à l'assemblée nationale, pour les faire élire.

books?id=95hCAAAAYAAJ&printsec=frontcovedeb_doleances_scaer.jpg

Sources images:

1)http://books.google.fr/books/about/Cahiers_de_dol%C3%A9ances_pour_les_%C3%89tats_g.html?id=95hCAAAAYAAJ&redir_esc=y

2)http://histoiresdeserieb.free.fr/doleances_scaer.html

Alors, que l'on ne réponde pas en brute épaisse à des revendications qui demandent de la gauche à la gauche, de la démocratie à leurs élus, des responsabilités pleines et entières aux maîtres des institutions, par ceux qui les ont amené à leur tête.

C'est le problème de la communication rapportée qui se pose, d'une façon criante.

Un exemple servi par l'immense talent d'un dessinateur unique,

h-20-2378366-1295571857.jpgSource image: http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/01/21/2378367_affaire-plantu-barbier-melenchon-et-le-pen-utilisent-les-memes-ressorts.html

Cette manifestation ne crie pas "tous pourris", il ne s'agit pas d'une manifestation FN.

Qu'on ne se laisse pas intoxiquer par les amalgames déclenchés et entretenus par les tenants du statu quo, les ennemis du débat d'idées, qui reprochent à Jean-Luc Mélenchon exactement ce qu'eux même pratiquent, du terrorisme de propagande contre des idées.

Le mot d'ordre ne proclame pas que tous sont pourris, c'est exactement l'inverse.

C'est parce que nous savons que nos élus ont le droit et le pouvoir de servir, que nous leur réclamons plus qu'ils n'ont promis, en même temps que ce qu'ils avaient avancé.

Tous pourris, c'est la proposition des ennemis de la démocratie, de la voix libre, du droit à la confiance en leur honnêteté de ceux qui font la loi.

Cette manifestation, c'est l'anti-tous pourris, qui permettra à nos élus de démontrer, encore une fois, que l'on ne se couche pas devant la volonté ou l'aspiration de ses électeurs, on les sert, eux et non pas la rue.

La rue n'est qu'un vecteur d'expression.

Chacun de ceux qui manifesteront savent qu'elle ne sera jamais un lieu de décision, ni ne le désirent, tous adhèrent à la démocratie, contrairement aux manipulateurs de masse, tous le veulent et le défendent, ce sont les urnes qui décident.

 

Alors?

Qui dans le FN a demandé d'élire François Hollande?

Cette manifestation demande le coup de balai, mais à qui?

Aux piques et aux fourches?

Non, voilà le discours de la caricature des médiacrates et des manipulateurs d'opinion.

Le mot d'ordre demande d'accomplir la tâche nécessaire, à celles et ceux qui peuvent seuls la réaliser, nos élus.

Parce que justement, tous ne sont pas pourris, très loin de là.

 

On a envie de dire:

" Regardez vos électeurs, monsieur le président, entendez ceux à qui vous avez beaucoup promis, regardez ces forces formidables qui portent la France de demain, celle que l'on sait que vous aimez.

Et bien des socialistes avec vous.

Au-delà des écarts de langage, des débordements de passion, au-delà des différences de sensibilité, écoutez-nous et agissez autant que vous pourrez.

On sait que la volonté politique, contrairement à ce qu'on nous assène de partout dans les médias inféodés à l'Ump, peut tout.

Que la volonté d'un chef quand elle est installée sur une très forte légitimité peut déplacer des montagnes, vous nous l'aviez d'ailleurs certifié.

On sait que vous êtes pris dans une dynamique qui fait de n'importe quel lieu de pouvoir, la dunette d'un navire dans la tempête, mais changez-la, donnez en une nouvelle à celle de votre électorat, à celle de vos frères de lutte depuis votre jeunesse. Changez-la, comme vous aviez promis à notre confiance, à notre espérance que vous le ferez.

Vous n'avez pas été élu au nom de la sixième république, mais vous portiez, le parti dont vous êtes issu a porté, à un moment donné, tellement il s'est élargi dans la recherche de la pensée de gauche, dans au moins l'une de ses composantes, toutes ses idées.

La sixième république ne se fera pas sans vous.

Si vous ne la construisez, c'est vous qui pouvez tracer les fondations.

Peut-être commencer à les creuser.

Et qui sait?...

Qui préjugera de l'identité de celui ou celle qui posera plus tard la première pierre?

Commentaires sur Une VI ème République: première pierre posée à la Bastille le 5 mai 2013 ? (Médiapart)

  • Oui, on a montré aujourd'hui qu'il existait des forces sur lesquelles s'appuyer, diverses et très nombreuses, pour appliquer au moins ce que le Président et sa majorité ont promis. Alors si il ne le fait pas, c'est qu'il ne le VEUT PAS, car s'il le veut il peut compter sur nous et il a la majorité pour le faire
    Comme on disait dans la manif " aujourd'hui on est dans la rue demain on continue!"
    Prochaine étape en juin !

    Posté par Margault, 05 mai 2013 à 23:53 | | Répondre
Nouveau commentaire